Accueil » Tendances » Le numérique solidaire: quand le digital s’allie pour la bonne cause

Le numérique solidaire: quand le digital s’allie pour la bonne cause

 

Inutile de rappeler la percée du digital dans les entreprises et l’augmentation grandissante du nombre d’internautes (près de 2,27 milliards d’internautes en 2012 frenchweb.fr). Alors que la révolution numérique bat son plein, la solidarité et la générosité se portent bien malgré la conjoncture actuelle. Voici une présentation des tendances actuelles en matière de numérique solidaire.

numérique-solidaire et Economie Sociale et Solidaire

L’ Économie Sociale et Solidaire, késako ?

Les récents chiffres nous démontrent que malgré la crise les entreprises sociales continuent à avoir un impact social important. La question qui se pose alors est la suivante, comment les entreprises sociales peuvent-elles utiliser le numérique au profit de grandes causes sociétales ? C’est très simple il suffit d’un peu d’imagination et un goût prononcé pour la solidarité. Avant d’entrer dans le détail, de qui parle-t-on ? Le secteur d’activité en question est l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). Qu’est-ce qu’une entreprise sociale ? En deux mots cela correspond à l’ensemble des entreprises qui cherchent à concilier leur activité économique et l’utilité social. Pour une entreprise sociale l’impact humain est beaucoup plus fort que la recherche du profit.   Quel est le poids de l’ESS ? L’ESS en France représente en 2012, 9.5 % des entreprises, soit plus de 200 000 entreprises et 10,3 % de la masse salariale (source : economie.gouv.fr).

Le numérique solidaire est donc l’utilisation des outils digitaux innovant pour venir en aide aux populations les plus défavorisées. Voici quelques exemples des pratiques les plus innovantes de l’ESS.

 

Le Crowdfunding et le Crowdsourcing captent l’énergie des internautes citoyens

 

Babyloan - "Les petits prêts font de grandes histoires"

Babyloan – « Les petits prêts font de grandes histoires »

Le Crowfunding (financement par la masse) correspond à une méthode de cofinancement d’un projet par les internautes. L’exemple symbolique de ce mode de financement atypique est celui de la chanteuse Irma. Cette méthode de financement participatif est donc une aubaine pour l’ESS.

L’entreprise sociale Babyloan créée en 2008 par Arnaud Poissonnier, est l’une des structures les plus innovantes en la matière. La devise de Babyloan est simple «  Les petits prêts font les grandes histoires » et avec plus de 20 000 membres les belles histoires ne cessent de se multiplier. En effet, Babyloan permet à ses membres de financer un projet à vocation sociale et une fois le projet totalement financé la personne aidée rembourse les membres de la communauté Babyloan. Vous pouvez par exemple aider un commerçant en Asie à développer son activité en lui prêtant la somme que vous voulez pour mener à bien son projet. Une petite vidéo pour mieux comprendre le fonctionnement de Babyloan.

Encore plus solidaire, grâce au Crowdsourcing (l’approvisionnement par la foule) les internautes peuvent contribuer à des projets solidaires. Le Crowsourcing est par exemple l’actualisation des données par un large public. Comment l’appliquer à l’ESS ? C’est très simple ! Il suffit d’utiliser la bonne vielle division du travail d’une tâche laborieuse et la mettre à disposition des internautes généreux.

Le crowdsourcing avec  «Click to Cure »

Le crowdsourcing avec «Click to Cure »

L’exemple le plus parlant est celui de l’ONG « Cancer Research UK ». L’ONG a récemment créée un site dédié intitulé «Click to Cure » permettant aux internautes de classifier des images représentant des cellules cancéreuses pour alléger le travail des scientifiques et faire avancer la recherche scientifique. Simple, rapide et ludique, ce travail réalisé par les internautes permet un gain de temps incroyable et accélère le processus de recherche. Un chiffre marquant, en dix jours de mise en ligne, « Click to Cure » a permis de classer plus de 140 000 images (source : youphil.fr)

Ces deux exemples nous montrent parfaitement comment l’internaute peut utiliser de son temps et de ses ressources pour venir en aide aux plus démunis et grâce à la prolifération des réseaux sociaux l’action citoyenne est à quelques clics.

 

 Le mobile, la solidarité au bout du fil.

Le mobile en Afrique

Le mobile en Afrique

Nous avons donc vu comment les entreprises de l’ESS pouvaient utiliser la masse pour agir pour la bonne cause. Maintenant comment peuvent elle utiliser les technologies existantes pour aider la population ? Facile ! Les toucher avec les supports nomades. Les travaux d’Hélène Smertnik démontrent comment le du mobile représente solution crédible pour le développement d’un pays. En Afrique, plus de 500 millions de personnes qui disposent d’un mobile (source: Zdnet.fr). La création d’application sociale a donc naturellement vu le jour en Afrique et représente une véritable opportunité de développement pour les populations démunies.

 

En effet, prenons l’exemple de MedAfrica, cette application lancée au Kenya permet aux utilisateurs de suivre l’évolution de leurs symptômes et l’utilisation de leurs médicaments. Sachant que l’Afrique est le continent dont les carences médicales sont les plus fortes (On évalue à 135 000 médecins et infirmières africains  qui pratiquent hors de l’Afrique source : capafrique.org), cette application est plus que nécessaire pour la population.

 MedAfrica, la santé dans le téléphone portable Toujours sur le continent africain, l’application « Yoza » est également un exemple d’application utile pour venir en aide à la population. L’éducation est un problème important en Afrique, plus de 50% des foyers africains ne possèdent aucun livre et seulement, 7% des écoles disposent de bibliothèques et de plus l’éducation est encore perçue comme un coût important en Afrique (source : youphil.fr). C’est là que l’application Yoza entre en jeu. Cette application, créée par la Fondation Shuttleworth, permet de télécharger des livres sur son mobile. Doter d’une forte communauté, l’application Yoza permet donc aux enfants les plus démunies d’accéder à une éducation via un support nomade et très peu couteux. 

Voilà nous avons donc vu la solidarité par la masse, puis la solidarité via les supports nomades. Peut-on faire mieux ? Bien sûr ! Place au divertissement.

Les Serious-Games : quand les jeux se prennent au sérieux et aident les plus démunies 

Dans le secteur du digital, l’univers du jeu vidéo est en pleine expansion. Preuve à l’appui, en 2010, les serious-games généraient près de 1.5 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans le monde et en 2015 ils devraient rapporter 7 fois plus selon l’Idate. Utilisant les ressorts du jeu vidéo pour former, découvrir ou encore informer, les serious-games ont envahis nos supports nomades. Et l’ESS dans tout ça, comment-elle l’utilise les serious-games ? De façon ludique et amusante ! Permettant de toucher un vaste public, l’ESS à bien compris que les serious-games étaient un support de communication à prendre au sérieux.

Le jeu immersif "Inside the Haiti Earthquake"Le jeu « Halte aux Catastrophes ! », créé par l’ONU simule des catastrophes diverses et invite le joueur à mettre en place les infrastructures stratégiques pour limiter les dégâts. Grâce à ce jeu, l’ONU à donc la possibilité de sensibiliser le joueur sur les enjeux auxquels sont confrontées les victimes de ces catastrophes naturels. Encore plus impactant et plus actuel, le jeu « Inside The Haiti Earthquake » permet au joueur d’analyser et d’expérimenter les difficultés rencontrées par les 3 parties prenantes du séisme : un survivant, un journaliste et un humanitaire. Ainsi le joueur peut se rendre compte des difficultés rencontrées par les acteurs et victimes du séisme.

On a donc vu que le numérique solidaire pouvait :

  • Faire agir un grand nombre de personnes (Crowdfunding et Crowdsourcing)
  •  Contribuer au développement d’une population (Application social  et sanitaire)
  • Sensibiliser et alerter le public sur des causes humanitaires (Serious-Games solidaire)

Les entreprises sociales ont très bien compris que le digital est aujourd’hui à prendre en compte dans leurs stratégies de communication et que l’utilisation de ses outils numériques est devenue primordial pour mener à bien leurs missions principales : être socialement utile pour la communauté et répondre aux questions sociétales.

Pour suivre les dernières tendances du numérique solidaire n’hésitez pas à vous rendre sur Youphil « le média de toutes les solidarités« .

 Canvas Rider

Laurent et Jérémy

 

Tags :
Article précédent
Article suivant

A propos de laurent15

Laisser un commentaire

Scroll To Top
%d blogueurs aiment cette page :